Constats de problèmes avec l’UNES

Ce document compile des extraits de Procès Verbaux des Assemblées des Délégué-e-s de l’UNES.

 

Le constat : La FAE dénonce les mêmes problèmes au sein de l’UNES depuis près de 10 ans. Les nombreux GT (groupes de travail) et promesses de réformes n’ont pas changé grand-chose. Certains points ont même empiré, comme en témoigne le recours juridique de l’UNES contre l’AGEF, qui est une violation de l’indépendance des membres (pourtant inscrite dans les statuts de l’UNES).

Conclusion : La FAE a fini par voter la sortie de l’UNES durant son AD du 25 avril 2016. En amont de cette décision, la FAE avait déjà re-constaté les problèmes avec l’UNES en 2015, via un GT dédié. Ce dernier avait suspendu ses réflexions afin de donner du temps aux réformes qui furent promises en 2015. En 2016, l’absence des réformes attendue et le recours contre l’AGEF ont ré-ouvert les discussions et ravivé les inquiétudes.

 

Source : 148e AD de l’UNES (en 2008) :

http://vss-unes.ch/wp-content/uploads/2012/09/2008-10-19-df-DV_Protokoll-148_lausanne.pdf

 

L’UNES promettait des efforts sur les traductions (p.10)

Plurilinguisme au sein de l’UNES:

À plusieurs reprises et depuis longtemps déjà, le plurilinguisme pose problème au sein de l’UNES. Les francophones se trouvent parfois un peu marginalisé-e-s et rencontrent des difficultés à suivre les discussions et les travaux de l’Union, majoritairement en allemand. Viceversa, lors que des personnes parlent ou écrivent en français, certain-e-s ont de la peine à comprendre. Face aux désistements de membres pour de telles difficultés, le bureau a décidé de multiplier ses efforts afin de soutenir et faciliter davantage le plurilinguisme. […]

 

Déjà des inquiétudes quant au manque de transparence financière (p.18)

Discussions sur le budget de l’UNES :

« Gaby, VSETH [adhésion en cours à la même époque] : pour les fonds, comment se passe leur comptabilité ? Est-ce présenté à l’AD ? Chez nous nous avons beaucoup de fonds et on nous a conseillé de les arrêter car ils ne sont pas transparents. On nous a conseillé de faire plutôt des postes élevés mais faisant partie du budget, raison pour laquelle je conseille la même chose à l’UNES. »

 

Ambitions excessives de l’UNES et de son exécutif (p.21)

Discussion sur des modifications de la charte de la CIS, une des commissions thématiques de l’UNES :

 

« Gian, StuRa [membre] : propose d’enlever les droits humains pour remplacer par droits des étudiant-e-s, car la formulation de départ nous dérange. Andrea B. [exécutif de l’UNES] : personnellement, je trouve important de parler des droits humains, qu’est-ce qui te dérange ? Gian, StuRa [membre] : c’est trop général, on ne voit pas le but avec cette formulation, alors que le but est la formation. »

Remarque : la motion de la StuRa est acceptée avec 19 voix [des membres].

 

Inefficience et conscience des limites de l’UNES (p.23)

Discussion d’une résolution de la FAE sur les bourses d’études

« Benoît, FAE : L’UNES s’occupe depuis toujours des bourses d’études. Beaucoup de travail a déjà été fait à l’UNES : 2 initiatives ont été lancées, le modèle de Lausanne y a été conceptualisé. Mais cela n’a pas porté de fruits concrets, d’où notre déception. Depuis 3-4 ans, les choses bougent passablement: il y a le projet de concordat de la CDIP, beaucoup de gens sont d’accord avec nos idées. Mais la situation actuelle est un rappel à l’ordre : le concordat va mettre 5-7 voire réalistement 10 ans pour entrer en vigueur. Au niveau du Parlement, ce qui y est discuté est très loin d’être satisfaisant. Les prêts sont de plus en plus mis en avant, les taxes d’études aussi, que ce soit de la part des directrices/teurs des hautes écoles ou des politicien-ne-s. L’idée de notre résolution est donc la suivante : nous prenons note de ce qui a été fait, nous en remercions l’UNES, mais nous observons cela avec franchise. Les projets en discussion ne correspondent pas à nos positions, l’UNES ne pourra pas imposer son avis, nous ne sommes pas un lobby très puissant. Trois conclusions s’imposent dès lors : premièrement, il faut remercier le comité exécutif et le secrétariat pour ce qui a été fait depuis 5 ans. Deuxièmement, il faut qu’un bilan concret soit établi, qui détermine dans quelle mesure les avancées observées proviennent de l’UNES ou plutôt d’un trend général. Enfin, il faudrait peut-être envisager de faire d’autres choses. Nous pouvons continuer comme maintenant, mais nous devons être conscient-e-s de nos limites. »

 

La FAE demande moins de bureaucratie et la proximité de sa base (p.24)

Discussion sur une présentation sur l’avenir de l’UNES :

« Benoît, FAE : Un bémol cependant : nous ne devons pas être seulement des bureaucrates de l’institution universitaire suisse, des expert-e-s voire des partenaires non représentatifs/ves. Il faut se rapprocher de la base. Les collaborations externes sont importantes car elles amènent des financement, mais ce n’est pas en faisant grossir le pool qu’on va se rapprocher de la base. »

 

Source : 151e AD de l’UNES (en 2010) :

http://vss-unes.ch/wp-content/uploads/2012/09/2010-04-23-df-DV_Protokoll-151_bern.pdf

 

La FAE demande des réformes structurelles (p.12)

Motion : création d’un groupe de travail « Réorganisation de l’UNES » :

« La FAE observe avec angoisse l’évolution de la participation au sein de l’UNES. Le Comité exécutif a connu une vacance constante depuis la dernière AD. Les commissions, quand à elles, ont connu un taux de participation que l’on peut sans trop de réserve juger catastrophique. Il ne s’agit aucunement de critiquer individuellement les sections ou les personnes mais plutôt d’identifier les causes de ce grave problème, et surtout de trouver des solutions rapidement. »

« La surcharge constante, tant du Comité, du secrétariat que des commissions, pousse, dans une vision à court terme, à privilégier les décisions rapides et l’efficacité maximale, en négligeant les aspects d’intégration, de transmission des connaissances, bref de la relève, mais bafouant aussi un certain nombre de règles démocratiques (irrespect des délais, transformation progressive de lieux de discussion en organes de stricte ratification, etc.) La FAE constate que l’UNES n’est plus un lieu de travail attrayant. La FAE propose donc la création d’un groupe de travail chargé de discuter sans plus attendre des problèmes internes et d’esquisser une série de solutions afin d’amorcer une réforme structurelle dès l’automne 2010. »

 

La FAE demande plus de transparence financière (p.16)

Amendement relatif aux cotisations des membres :

« Il est simplement essentiel que toutes les informations concernant les finances de l’UNES et l’utilisation qui est faite des contributions accordées par les sections soient disponibles et accessibles pour tou-te-s et à tout instant. Il en va de la transparence de l’UNES, dont une très grande partie des membres connaît une telle pratique. »